ASSOCIATION FRANÇAISE
d'AGROFORESTERIE
 
Journée Technique – 31 mai 2012 – Noilhan (Gers)
Le métier de conseiller agroforestier
 

LA NECESSAIRE RECONNAISSANCE DU METIER DE CONSEILLER AGROFORESTIER

A l'occasion de la Journée Régionale Agroforesterie en Midi-Pyrénées, l'AFAF a souhaité réunir à nouveau de nombreux socio-professionnels (forestiers, agriculteurs, fabriquants de protections, pépiniéristes, techniciens de chasse et de rivière, opérateurs de l’arbre hors-forêt), afin de poursuivre la démarche visant à créer un référentiel métier qui définisse les champs d’action et de compétence du futur conseiller agroforestier. Pas d'agroforesterie en effet, sans la reconnaissance de ce nouveau métier par la collectivité.
 
De la gestion à la plantation, de nombreux points ont été abordés en terme de compétences spécifiques et de d'approche méthodologique. En voici quelques uns, nous y reviendrons très prochainement :
 
- Dans un projet de plantation, le conseiller se met au service d’un propriétaire (généralement un agriculteur), et lui apporte du conseil, du soutien, du matériel, de l’accompagnement, de l’expertise et de la connaissance agronomique (arbre, aménagement, milieu, techniques culturales).
- Il importe d’ores et déjà de se mettre d’accord sur ce qu’on appelle agroforesterie : ce n’est pas seulement de la plantation mais aussi (et parfois surtout) de la valorisation et de la régénération de l’existant (talus, ripisylves, bandes enherbées, à différentes échelles du territoire - parcelle, bassin versant…)
- Ce référentiel doit s’appliquer à des conseillers indépendants comme à des conseillers de structures. Il apportera des éléments de cadrage technique adaptés à la diversité des contextes agro-environnementaux et socio-professionnels dans lesquels évolueront les conseillers agroforestiers.
 
Il sera sûrement nécessaire de se baser sur les référentiels métier existants (conseillers agricole ou forestier, paysagiste, environnementaliste), pour parvenir à dégager la spécificité du conseiller agroforestier. Lorsqu’un opérateur appartient déjà à l’une de ces catégories, une formation sera nécessaire : un forestier devra par exemple approfondir les interactions arbres et cultures. Autre point important : un conseiller agroforestier n’agira pas sur le même terrain, et ne mobilisera les mêmes compétences que les autres métiers cités plus haut : il ne se placera donc pas sur les mêmes types de projets (pas de risques de conflits d’intérêt).
 

La réalisation d’un projet agroforestier comporte plusieurs étapes :

- Diagnostic
- Conseil pour l’élaboration du projet = appui technique
- Fourniture (matériel végétal et autre matériel)
- Accompagnement
Pour toutes ces étapes, le conseiller agroforestier doit maîtriser les connaissances suivantes :
- Le fonctionnement des agrosystemes, des écosystèmes
- Le réseau d’acteurs locaux
- Les filières
- La multifonctionnalité des arbres dans un système agroforesterier (services écosystémiques, performances agro-écologiques, usages de l’arbre).
<br>
- Les spécificités de chaque type de mandataire (agriculteur, forestier, etc.) pour savoir répondre à ses besoins

1) Phase de Diagnostic

- Identifier les objectifs du planteur, ses pratiques culturales, ses besoins, (ses compétences ?) Exemples : bois d’œuvre, bois énergie, choix des parcelles…)
- Identifier les contraintes / opportunités : fiscales, réglementaires…
- diagnostiquer le milieu, l’environnement et ses potentialités : paramètres pédoclimatiques, potentiel des infrastructures arborées existantes, environnement direct (gibier, etc.)
- identifier les logiques d’organisation à l’échelle de l’exploitation
- identifier le potentiel d’évolution des pratiques, la mécanisation.
- estimer le potentiel de productivité du milieu (même sans quantifier précisément)
- prendre en compte les schémas régionaux, plans carbone, énergie, agriculture durable, afin de pouvoir anticiper le changement d’échelle au niveau du territoire.

2) Conseil pour l’élaboration du projet

La démarche du conseiller :
- visite terrain
- outils cartographiques
 
La construction du projet avec l'agriculteur :
- capacité à déterminer les parcelles adéquates en fonction de ce que l’agriculteur veut faire : orienter si besoin sur le choix d’une parcelle.
- conseil sur le choix des essences - plan de plantation et de gestion (si le conseiller change, il reste un document du travail sur lequel s'appuyer)
- conseil pour la préparation du sol
- conseil pour l’itinéraire technique le mieux adapté
- conseil pour le choix du matériel
- conseil pour les types de protection (paillage, gaines…)
- conseil pour les tailles de formation et d’entretien

Maîtrise d’ouvrage = lancer le chantier, orienter sur les sous traitants, être capable d’orchestrer l’aménagement.

Tout le travail réalisé par le conseiller doit permettre au porteur de projet de passer les contrôles sans difficulté. Le conseiller doit être capable de retracer toutes les opérations réalisées en vue du contrôle.

Questions ouvertes

- Est-ce le travail du conseiller que de simuler du point de vue économique ce que l’agriculteur dégagera de ses arbres ?
- Est-ce que le conseiller doit être capable de tout réaliser de A à Z ? Devient-il maître d’œuvre ?
- Formation diplomante ou validation des acquis ?Quel est le pré-requis ? Bac +2 ? Licence pro? Modules professionnels ?

Conclusion de la réunion

L’agroforesterie, productrice de biomasse et de services multiples ne coûte pas cher, en comparaison avec les sommes d'argent que l’Etat engage dans la dépollution de l’eau par exemple.

C’est maintenant qu’il faut agir pour construire des références autour de la gestion de l’arbre hors forêt. Il faut mobiliser les partenaires (techniciens de rivière, de chasse, services déconcentrés - et surtout les Régions dans le financement de programmes à venir (mesure 222 du PDRH…).

     
 

L’ASSOCIATION FRANÇAISE D'AGROFORESTERIE

L’Association Française d'Agroforesterie, créée en 2007 à l’initiative d’experts en agroforesterie, bénéficie aujourd’hui d’une réelle représentativité de toutes les catégories socio-professionnelles liées à l’agriculture et à la forêt. Force de proposition, elle est notamment à l'origine de la démarche de création d'un référentiel de Conseiller agroforestier, et du travail réalisé depuis plusieurs années pour construire avec tous les partenaires socio-professionnels et institutionnels les cadres de reconnaissance de ce nouveau métier, en relation étroite avec une meilleure intégration de l'agroforesterie dans les référentiels de formation initiale et continue de l'enseignement agricole et forestier.

 

Haut de page