ASSOCIATION FRANÇAISE
d'AGROFORESTERIE
 

Ouverture des journées par Stéphane le Foll, Ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt

 

Visite de Stéphane Le Foll sur une parcelle agroforestière.

Mercredi 1er août 2012

A l’invitation de l’Association Française d’Agroforesterie et de ses partenaires, Stéphane Le Foll, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, est venu visiter une parcelle agroforestière dans le Gers (Ricourt) chez l’agriculteur François Coutant, à l’occasion de PAYSAGES IN MARCIAC.

Enthousiaste et convaincu du bien-fondé de l’agroforesterie, Stéphane Le Foll a été très clair : une formidable dynamique de terrain autour de l’arbre et des pratiques de couverture permanente des sols est déjà à l ‘œuvre pour donner à l’agriculture un nouvel élan.
« Si je suis ici, c’est pour regarder ce qui se fait d’innovant avec l’agroforesterie et les techniques de couverture des sols. Je souhaite favoriser pleinement le développement de ces systèmes agronomiques d’avenir. » Le ministre a également félicité François Coutant pour son engagement et ses résultats.

Document de présentation de la parcelle visitée

L’arbre champêtre: de l'intrus à l’intrant

Toutes les conditions sont aujourd’hui réunies pour valoriser enfin le travail de fond mené par les agriculteurs. L’agroforesterie concilie positivement, dans une agriculture de l’agronomie, performances économique et écologique : fertilité des sols, anticipation du changement climatique, ressource en eau, biomasse et biodiversité.

Président de l’Association Française d’Agroforesterie, Alain Canet a déclaré :
 « L’avenir de l’arbre est hors forêt : les systèmes agroforestiers sont économes et profitables à tous : ils prennent à contre pied les clivages entre l’agriculture et l’environnement qui bloquent les discussions  sur les politiques agricoles. Ils optimisent et augmentent la production tout en ramenant l’enjeu environnemental au cœur de la parcelle. Les agriculteurs agroforestiers l’ont bien compris et transforment déjà les contraintes réglementaires en opportunité.»

Souhaitant lui aussi ouvrir de nouvelles perspectives dans le cadre de la prochaine Politique Agricole Commune en réconciliant production et protection, le ministre de l’agriculture apporte tout son soutien à ce message positif.

L’agroforesterie, un enjeu sociétal

Fruit d'une étroite collaboration avec la recherche, les agriculteurs, les collectivités et les institutions, de multiples formes d'agroforesterie sont possibles, pour toutes les filières de production.

Des alignements au cœur des parcelles jusqu'à la haie, il n'existe pas - heureusement - de modèle "clé en main" quant à la présence des arbres en zones agricoles. L'agroforesterie n'est pas un modèle : c'est la possibilité pour tous les agriculteurs qui le souhaitent de se réapproprier l'usage des arbres en les associant le mieux possible à leurs pratiques culturales.

De l'information à la formation en passant par la professionnalisation de nouvelles filières, chaque acteur concerné, qu'il soit agriculteur, conseiller, négociant, élu, chercheur, responsable administratif... doit pouvoir s'emparer du sujet et des techniques, et collaborer, à la place qui est la sienne, dans cette nouvelle dynamique.

 
     
Il est aujourd’hui possible de passer, à moindre coût à une agriculture optimisée et performante, tant en productivité (biomasse, revenus) qu’en services environnementaux et collectifs.

 

Revue de presse

- Interview de Stéphane Le Foll : « La performance économique et écologique passe par un retour à l’agronomie »

Consultez l'article sur le site du ministère de l'agriculture.

- Article dans le journal "Le Monde": "Le retour des arbres au milieu des champs"

Consultez l'article.

Haut de page