ASSOCIATION FRANÇAISE
d'AGROFORESTERIE
  Afin de proposer des systèmes toujours plus performants et écologiquement intensifs, l’AFAF s’investit dans des projets de recherche et développement, tant au niveau des techniques de production, de l’amélioration génétique, qu’au niveau de la gestion de la biodiversité, du climat, des trames écologiques (Trame Verte et Bleue).
L’AFAF travaille en étroite collaboration avec plusieurs laboratoires de recherche spécialisés en agroforesterie/arbre hors forêt et coopère également sur des Appels à Projets (AAP) nationaux et régionaux, pour lesquels le rôle de transfert des savoirs et d’intermédiaire pour la mise en réseau est confié à l’AFAF.
Ecosfix
Financement: ANR
Dates de mise en œuvre : 2011-2013
Coordination : AMAP (Alexia Stokes)

Partenaires: UMR AMAP, CIRAD Persyst, CEFE, UMR System, UMR BIOEMCO, Cemagref, Association Française d'Agroforesterie, CATIE (Costa Rica)

Objectif du projet et démarche :
Ecosfix s’attache à étudier trois services écosystémiques rendus par les racines des arbres dans des systèmes agroforestiers :
- redistribution hydrique
- stockage de carbone
- fixation des sols.

Les sites d’expérimentation sont répartis sur trois pays : la France, le Laos et le Costa-Rica.

Des mesures sont effectuées sur le terrain et serviront à l’élaboration de modèles qui permettront de quantifier et de simuler l’évolution du fonctionnement de l’agrosystème, pour chacun des services étudiés.
Les résultats résideront dans la création d’outils d’aide à la décision (logiciel de modélisation) et de guides techniques à l’attention d’organismes de gestion forestière, d’agriculteurs etc

L’AFAF est chargée d’assurer le transfert d’informations et de connaissances entre le terrain (agriculteurs) et les équipes de recherche
Intens&fix
Financement: ANR

Dates de mise en œuvre :
2011-2014

Partenaires: CIRAD, UMR System, UMR EEF, UMR Eco&Sols, UMR Innovation, Association Française d'Agroforesterie, USP (Brésil), CRDPI (Congo)

Objectif du projet et démarche :
Le projet Intens&fix s’intéresse à l’intensification écologique des écosystèmes de plantations forestières, sur plusieurs sites : France, Congo, Brésil.
Devant le constat que les besoins en bois ne cesseront d’augmenter alors que les surfaces sont difficilement extensibles au regard de la compétition pour l’usage des terres, une piste est d’intensifier la production en se basant sur des processus d’interaction entre les espèces. Il s’agit ici d’étudier la performance d’associations avec des espèces fixatrices d’azote.

Des mesures sur le terrain permettront d’évaluer de quelle façon l’introduction d’espèces fixatrices affecte le fonctionnement biologique du système (fonctionnement du sol, cycle de la matière organique, des nutriments , efficacité de l’utilisation des ressources par les différentes espèces…). Ces données alimenteront la création de modèles biophysiques pour ces types d’associations.
En parallèle, des études socio-économiques auprès des agriculteurs, des organismes agricoles et forestières permettront d’évaluer le potentiel de développement de ces filières et d’abouti à la création d’outils d’aide à la décision et de guides techniques pour les agriculteurs.
PICRI Pommiers sauvages
Projet PICRI (Partenariats Institutions-citoyens pour la Recherche et l’Innovation)

Intitulé: "Analyse génétique des populations de pommiers : vers une réintégration des pommiers sauvages dans les agrosystèmes en Ile de France et valorisation du patrimoine génétique du pommier cultivé local."

Dates de mise en œuvre : 2012-2014

Partenaires: UMR Ecologie Systématique et Evolution (Université Paris Sud), AFAF

Objectif du projet et démarche :
Ce projet vise à évaluer le statut conservatoire des pommiers sauvages, à déterminer leur contribution à l’amélioration et la diversification des variétés cultivées, et à caractériser les échanges génétiques entre variétés cultivées: ce projet devrait trouver des applications concrètes pour la caractérisation génétique des lignées de plants réintroduits lors de plantations agroforestières notamment, et permettre de renforcer les capacités de conservation in situ des pommiers sauvages et cultivés.
Au sein de ce projet, les missions de l'AFAF touchent principalement les opérations de coordination de l'échantillonnage des populations de pommiers sauvages en France, la participation à la mise en place de vergers à graines pour la production de plants et la mise en place d'un réseau national de parcelles agroforestières pour la conservation in situ. L’AFAF participera aussi aux missions de transfert de l'information, et à l'animation de plusieurs événements sur ce sujet.
Interface
Intitulé: "Agroforesteries : quels enjeux pour la mise en place de la Trame Verte et Bleue ?"

Financement: MEDDTL

Dates de mise en œuvre : 2011-2014

Porteur: laboratoire CNRS-GEODE Toulouse
Partenaires: laboratoire CNRS-GEODE Toulouse, AFAF

Objectif du projet et démarche :
Ce projet s’attache à étudier le rôle que l’arbre hors forêt peut jouer en tant qu’élément structurant du paysage et élément d’interface, en lien avec les enjeux territoriaux (biodiversité, aménagement du territoire), et en tant que facteur d’acceptabilité de la TVB.
L’objectif est d’enrichir la réflexion collective sur la place des interfaces, marges et limites, dans les dynamiques d’organisation des territoires et contribuer à appréhender la mise en place de la Trame Verte et Bleue par une approche intégrant non seulement la biodiversité mais aussi la perception des différents acteurs du territoire impliqués dans cette démarche.
Agroforesterie et viticulture (2012)
Ce projet d’ampleur nationale aura pour but d’étudier les interactions entre arbres et vignes en association agroforestière dans les grandes régions viticoles de France.
Les premiers travaux d'expérimentation et de suivi ont commencé dès 2012 en région Midi-Pyrénées, avec la collaboration d’un viticulteur.
Programme de développement de l'agroforesterie en Midi-Pyrénées
Dates de mise en œuvre : 2012-2013

Porteur: Association Française d'Agroforesterie
Partenaires: AFAHC Midi-Pyrénées, Arbre et Paysage 32 et les opérateurs régionaux de l’arbre champêtre

Objectif du projet et démarche :
Pour conforter les récentes évolutions réglementaires en faveur de l’arbre et les politiques de soutien à la plantation mises en place localement, une démarche d’accompagnement pour informer et mobiliser le monde agricole, discuter du sujet et de certains points de blocage s’avère nécessaire. C’est pour répondre à ce besoin que l’AFAF propose de développer pendant 2 années une démarche d’accompagnement de l’agroforesterie en Midi-Pyrénées qui viendra appuyer un important programme de plantation sur toute la région.

Actions menées
- Organisation d’une journée régionale et de journées départementales de l’agroforesterie
- Organisation de sessions d’information et de discussion
- Production d’une brochure sur l’agroforesterie en MP
- Création d’une plate-forme web régionale
- Diffusion d’informations à travers des articles de presse (grand public et revues agricoles)
- Réflexion sur les pratiques de TCS, de semis direct et de couverts végétaux associés à l’agroforesterie

AGR'eau: programme de développement bassin Adour-Garonne

Intitulé:
AGR'eau: couverture agro-végétale des sols, outil d’épuration et de régulation de la ressource en eau
Opération pilote dans le cadre du Xème plan de bassin en préfiguration de la mise en place d’une cellule d’assistance technique dédiée

Dates de mise en œuvre : 2012-2013

Porteurs: Association Française d'Agroforesterie (AFAF) – Institut de l’Agriculture Durable (IAD) – Arbre et Paysage 32
Partenaires: Agence de l'eau Adour-Garonne, Conseil Régional Midi-Pyrénées

Démarche :

Ce projet s’inscrit dans une démarche de territoire, dans le Bassin Adour-Garonne, en connexion avec les actions initiées. Dans tout le bassin, de nombreux projets germent : laiteries avec réduction des émissions de GE et préservation de la ressource en eau, lutte contre l’érosion en piémont Pyrénéen, maitrise de la vitesse de l’eau dans un affluent de l’Adour, restauration de l’eau sur un captage (PAT d’Estang)….Ces projets préfigurent les besoins qu’une cellule professionnelle devra conduire pour accompagner, informer, former, et transférer les méthodes et savoirs faires vers les acteurs locaux de l’eau et du développement rural.
Agr’eau n’est pas une action test. Elle se propose de fonder les bases d’un programme plus large et pérenne. Elle s’engage pleinement dans la démarche « PERDI » de l’Agence de Bassin : Prospective Etude Recherche Développement et Innovation.

Objectif: Proposer une agriculture « verte et bleue » en s’appuyant sur des pratiques simples et généralisables alliant la couverture et la gestion des sols agricoles, la plantation d’arbres et la régénération naturelle. Ce projet met les plantes au service de la qualité de l’eau et des productions agricoles à l’échelle du Bassin Adour-Garonne.

Dans un contexte où il faudra produire plus avec moins, économie et qualité de l’eau sont des objectifs incontournables. Or, la présence et la disponibilité de l’eau à usage agricole sur un territoire sont dépendantes de la qualité de son paysage végétal. L’enjeu est d’autant plus sensible que le milieu agricole est très artificialisé. L’installation de couverts végétaux permanents, de haies et autres systèmes agroforestiers va rapidement améliorer la ressource et la distribution des masses d’eau disponibles dans les sols, tout en produisant de la biomasse valorisable, et ainsi accroitre l’efficacité agronomique et économique des espaces agricoles. En changeant de pratiques culturales, il est donc possible de produire plus et mieux, en réduisant le temps de travail et l’énergie, et en limitant l’utilisation de produits phytosanitaires. Cependant, les acteurs impliqués ne maitrisent pas forcément ces techniques. Aussi, il est important de mutualiser les connaissances et expériences, de les développer et de les transférer pour accompagner la mutation du système agronomique actuel.
Le projet consistera alors en une importante mission d’animation, de mise en réseau et d’accompagnement technique, portée par des structures de terrain compétentes et expérimentées locales. Elle vise à capitaliser et à diffuser des résultats et des retours d’expériences et de montrer par l’exemple que ces pratiques sont simples et généralisables, afin de déboucher sur une action de grande envergure.

Axes de travail:

- promouvoir et développer l’agriculture durable à l’échelle du Bassin Adour-Garonne
- proposer des expérimentations sur l’augmentation de la matière organique et la réserve utile en eau des sols : couverts végétaux permanents, aménagements agroforestiers, techniques culturales simplifiées
- réduire voire supprimer l’irrigation
- améliorer la qualité de l’eau en sortie de parcelle
- créer des liens entre les acteurs du développement autour d’un projet local
- former les acteurs locaux aux stratégies sol/plantes et relayer les méthodes
- diffuser les résultats aux structures pour qu’elles se les approprient

Principes-clés : protection, gestion et couverture permanente des sols, économie de l’eau, qualité de l’eau, prévention des risques d’inondation et d’érosion, ralentissement dynamique, performance épuratoire, zone tampon, phyto-épuration, gestion et aménagement durable des espaces agricoles, prospective et innovation, reproductibilité et généralisation.

Publics visés :
agriculteurs, organisations professionnelles, syndicats d’irrigation, élus, techniciens des collectivités et des syndicats de rivière, acteurs de l’assainissement et de l’AEP, CLE, bureaux d’étude en environnement et en charge de la réalisation de diagnostics et documents d’urbanisme

Région Languedoc-Roussillon
Intitulé: Potentiel de Développement de l’agroforesterie en Languedoc-Roussillon

Ce projet étudie le potentiel de développement de l’agroforesterie dans la région Languedoc-Roussillon du point de vue du stockage de carbone, avec les collectivités ayant mis en oeuvre un PCET (Plan Climat Energie Territorial).

Des enquêtes ont été réalisées pour étudier l’acceptabilité de l’agroforesterie par les agriculteurs dans des zones identifiées au préalable comme favorables à la mise en place de systèmes agroforestiers.
Haut de page
Dans cette page

 
conception - réalisation : Séverin Lavoyer