Bois bocage Martinique

Un projet agroforestier pilote en Outre-mer

Exemple de bois bocage

Le projet BBM, soutenu par l’ADEME et l’Office de l’eau et conduit en partenariat avec BANAMART, la CODEM et ALBIOMA, a pour but de développer et d’accroître la disponibilité de la ressource ligneuse agroforestière sur le territoire de la Martinique. Les actions du projet portent sur l’entretien de l’existant (haies, ripisylves, arbres isolés, friches agricoles, lisières forestières), la valorisation de la biomasse qui en est issue (combustible, bois litière, mulch, BRF, bois d’oeuvre, etc.) et l’accompagnement de nouveaux projets de plantation.

L’Association assure l’animation sur le territoire et le développement de la filière, en accompagnant les différents acteurs impliqués : agriculteurs, coopératives, entreprises de travaux forestiers, pépiniéristes, utilisateurs de la ressource.

QU’EST-CE QUE LE BOCAGE MARTINIQUAIS ?

La haie et les arbres champêtres font pleinement partie du patrimoine historique, paysager et rural martiniquais. La filière BBM propose ainsi des solutions d’entretien de cette ressource en valorisant localement la biomasse obtenue, contribuant au développement d’une agriculture plus durable et rentable.

De très nombreux types de formations arborées maillent les exploitations agricoles du territoire

  • haies brise-vent ou antiérosives,
  • haie vives de Gliricidia taillés en trognes,
  • alignements d’arbres en bordures de chemins,
  • arbres isolés au milieu des pâtures, ripisylves, lisières forestières, etc.

Ces infrastructures jouent un rôle majeur dans le paysage. Elles sont à la fois zones d’habitat et de refuge pour les auxiliaires de cultures et la faune sauvage, régulent le micro-climat et le cycle de l’eau, fournissent un fourrage de qualité en période de carême, préservent les sols et leur fertilité… et participent plus globalement aux trames vertes et bleues de l’ile.

Entretenir les haies et freiner leur arrachage est donc primordial pour conserver les services qu’elles nous rendent. Une haie bien gérée et valorisée est un réel atout pour la production agricole, toutes filières confondues. Ces pratiques agroforestières offrent ainsi un éventail de possibilités adaptables aux contraintes et objectifs de chacun.

Pelleteuse sur chantier bois bocage Martinique

LA VALORISATION DE LA BIOMASSE LOCALE

La biomasse locale gérée durablement est une ressource renouvelable essentielle à l’autonomie des territoires (énergie, bois d’œuvre, paillage, etc.). Cette gestion durable des espaces bocagers passe par la planification des interventions d’entretien, la revalorisation de l’existant et la plantation de nouvelles infrastructures complétant le maillage en place.

L’entretien d’arbres et d’espaces boisés en contexte agricole (élagage, défrichement, etc.) n’est pas anodin. Il est soumis à une réglementation stricte et nécessite parfois des autorisations (même chez soi !). Tous ces aspects sont abordés, vérifiés et adaptés aux différents contextes pour proposer aux agriculteurs des solutions répondant à la réalité du terrain.

Les avancées du projet

Plantation en Martinique

 

 

A ce stade, 5.500 hectares de surface agricole utile sont déjà intégrées au projet, ce qui représente une cinquantaine d’agriculteurs impliqués dans le projet, et l’équivalent de 880 km de haies.

La gestion de ces linéaires est suivie de près dans le cadre d’un Plan de Gestion des Haies (PGH), document qui prévoit les différents chantiers d’entretien et de regarnissage/plantation de chaque exploitation sur 5 ans.

logos bbm